Accueil

Présentation

Produit et porté par l’Empreinte, Scène-nationale de Brive-Tulle, Les Enchevêtré·e·s est un projet de recherche-action conjuguant marches et enquêtes pour élaborer un récit transmédia des enchevêtrements et attachements singuliers qui composent un paysage vivant, celui des humains et des non-humains qui y cohabitent et y collaborent. Imaginé et construit par Barbara Métais-Chastanier, artiste associée à l’Empreinte, cette recherche-action associe le travail d’illustration de Saul Pandelakis à celui de création sonore de Sarah Métais-Chastanier autour de l’élaboration d’une cartographie documentaire et participative de la Corrèze, envisagée comme territoire de vies, de mémoires et d’expériences.

Marche du printemps : derniers fragments d’enquête et de rencontre

Derniers textes du carnet

La cinquième saison

Réalisé par Saul Pandelakis (illustration) et Barbara Métais-Chastanier (photographies), à partir des témoignages et récits récolté.e.s pendant les mois de préparation des Enchevêtré·e·s, ce premier objet illustré, à parcourir au gré de ses plis et de ses replis, donne à découvrir deux récits, documentaires et sensibles de la Corrèze, envisagée non comme entité administrative ouLire la suite « La cinquième saison »

Nous aurons commencé

« Je n’ai rien à dire, seulement à montrer. Je ne vais rien dérober de précieux, ni m’approprier des formules spirituelles. Mais les guenilles, le rebut : je ne veux pas en faire l’inventaire mais leur rendre justice de la seule façon possible : en les utilisant ». Walter Benjamin, Livre des passages. Quand ce texte paraîtra,Lire la suite « Nous aurons commencé »

Chabatz d’entrar

En Limousin, une expression revient souvent dans les bouches comme dans les mémoires, elle parle des seuils, des rencontres et des invitations. Elle parle de pudeur tout autant que d’accueil, de la discrétion et de la délicatesse que suppose le temps long pour que les portes s’ouvrent. Elle dit à bas bruit l’hospitalité et l’écouteLire la suite « Chabatz d’entrar »

Un premier fil

« Des choses qui se mêlent et qu’on a du mal à démêler justement, c’est ça pour moi “Enchevêtré·e·s” : on aimerait bien savoir quoi trier là-dedans mais on sait pas par quel bout les tirer. » F. G., Meymac, novembre 2020 Voilà bientôt trois mois que j’arpente la Corrèze. Trois mois que je rencontre certain·e·sLire la suite « Un premier fil »

En 80 jours

Étant enfant, j’habitais dans un quartier relié au reste de la ville par un raccourci qui s’intitulait le « chemin de la porte inutile ». Ce n’est que plus tard que j’ai su que cette porte avait été appelée ainsi car à la place du chemin que nous empruntions pour rejoindre le centre-ville se trouvaitLire la suite « En 80 jours »

Dernières cartes postales